> Accueil  > …   > Le PDU en actions   > Bénéfices attendus

 Bénéfices attendus

Objectifs du PDU en matière de transports

L’objectif du PDU vise à doubler la clientèle des transports collectifs sur une dizaine d’années constitue un défi ambitieux, mais réaliste si l’effort entrepris s’inscrit, comme c’est le cas avec le PDU de la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis, dans la durée. Il s’agit de passer de 4%, actuellement constatés sur l’ensemble de l’agglomération, à 7% à l’horizon du PDU. Cet objectif ne sera atteint que si les transports collectifs routiers opérant sur la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis et les TER constituent un système global de transport capable d’offrir une véritable alternative à la voiture.

Les parts modales estimées représentent des objectifs raisonnablement optimistes à 10-15 ans. Elles nécessitent un engagement fort, constant et cohérent sur la période couverte par le PDU. Les estimations mettent en évidence que les ruptures de charges constituent des freins importants pour un usage intensif des Transports Collectifs.

Il en résulte des perspectives plus modestes sur les liaisons de type Valbonne / Biot vers Nice ou Cannes.

Liaisons
Liaisons pertinentes Part actuelle estimée Part future estimée
1/ Valbonne/Biot - Centre Antibes 13% 20-25%
2/ Valbonne/Biot - Golfe Juan Cannes 10% 12%
3/ Valbonne/Biot - V. Loubet Nice 6% 12%
4/ Axe littoral interne CASA 8% 14-18%
5/ Axe littoral CASA / Cannes 13% 17-22%
6/ Axe littoral CASA / Nice 6% 15-25%

La part modale est établie sur les seuls modes motorisés et mécanisés (marche à pied exclue)

document PDU chapitre III - « Enjeux et Objectifs »

Objectifs du PDU sur les flux automobiles

Par la simple augmentation de la population et la création de 6 000 emplois supplémentaires sur la Technopole Sophia Antipolis, les déplacements augmenteront dans les 10-15 ans à venir d’environ 15% sur la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis et de 25 % en lien avec la Technopole.

Cette croissance se traduira par une augmentation de 13 000 voitures supplémentaires, soit l’équivalent de la capacité d’une route départementale classique. L’évolution tendancielle implique quand même une croissance dans les mêmes proportions de la clientèle des Transports Collectifs.

La contribution du PDU à la qualité de l’air sur le territoire Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis et Azuréen vise à maîtriser la croissance des flux automobiles en obtenant leur limitation à leurs niveaux actuels. Cet objectif est ambitieux dans une agglomération appelée à croître.

Sur les trajets de courte distance, 38% des trajets automobiles (dans les Alpes-Maritimes) font moins de 2 kilomètres, soit sur le territoire communautaire environ 160 000 sur 421 000 déplacements automobiles. L’enjeu est double et porté d’une part sur la consommation d’énergie, car les voitures sur de courts trajets surconsomment d’environ 30 à 40%, d’autre part sur la qualité de vie, car ils sont effectués souvent en direction des services et équipements publics (Ex : desserte des écoles maternelles et primaires).

Le PDU en ciblant les modes doux comme un enjeu important vise précisément à réduire cet usage abusif de l’automobile.

document PDU chapitre III – « Enjeux et Objectifs »

Objectifs du PDU sur les flux deux roues motorisées

Les motos et scooters ne sont envisagés par aucune instance, en raison de leur caractère polluant, bruyant et de leur place toute particulière dans les accidents de la circulation. Mais leur usage moins cher que celui de l’automobile et leur souplesse dans les encombrements des rues et pour le stationnement, représenteront un atout certain pour un nombre d’actifs et d’étudiants.

Un maintien de la part modale des deux roues motorisés dans les déplacements semble une perspective raisonnable. Ils constituent des modes très accidentogènes et polluants pour lesquels il ne convient, à ce jour, d’encourager leur promotion. En revanche, des campagnes de sensibilisations sur la sécurité routière, pour le stationnement des deux roues motorisés pourront être prises.

document PDU chapitre III – « Enjeux et Objectifs »

Objectifs du PDU sur les modes doux

Les modes doux représentent un enjeu important du PDU. Nombreux sont les déplacements en voiture effectués pour des distances inférieures à 2km (38% des déplacements dans les Alpes-Maritimes).

La marche à pied représente 22% des déplacements quotidiens. Les orientations du PDU relayées dans chaque commune en faveur des piétons et la maîtrise de l’étalement urbain devraient permettre d’espérer un gain de 2 points de ce mode convivial et ainsi atteindre 25%. Ce gain paraît modeste, mais il traduirait un renversement de tendance, la marche à pied n’ayant cessée de baisser en 30 ans. La Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis contribuera fortement dans la réalisation de cheminements piétons auprès des communes pour atteindre les objectifs fixés.

L’usage du vélo aujourd’hui est confidentiel avec 1% de la part modale. Les perspectives d’évolution sont plus difficiles à évaluer. Mais le programme de travaux envisagés, la réduction des vitesses de circulation en milieu urbain, devrait favoriser son usage. La Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis se fixe pour objectif de tripler le nombre de déplacements réalisés à vélo à l’horizon du PDU. Pour ce faire, cela nécessitera de réaliser 12 km d’itinéraires cyclables par an.

document PDU chapitre III – « Enjeux et Objectifs »

Résumé des objectifs

Evolution envisagée des la struture des déplacements de la CASA
Situation actuelle (A) Horizon PDU (B)
% Volume en milliers % Volume en milliers
Marche à pied 23% 140 25% 175
T.C 4% 24 7% 48
V.P 69% 421 62% 435
Vélo 1% 6 3% 21
Moto 3% 18 3% 21
Total 100% 609 100% 700

document PDU chapitre III – « Enjeux et Objectifs »

Conséquences environnementales

Pollution de l’air

Ces cinq polluants permettent de calculer un indice ATMO. C’est un indicateur qui est représentatif de la qualité globale de l’air sur l’ensemble d’une l’agglomération.

Graphique : conséquences environnementales

L’indice ATMO

Les sources de pollution atmosphérique sont nombreuses, les plus connus sont :

  •  Le dioxyde de souffre SO2 (provenance : chauffage urbain) ;
  •  Le dioxyde d’azote NO2 (provenance : 50% transport routier, résidentiel et tertiaire chauffage urbain…), ; Le monoxyde de carbone (provenance : 30% transport routier, 30% résidentiel et tertiaire…) ;
  •  Les particules en suspension (provenance 10% transport routier…) ;
  •  L’ozone O3 polluant secondaire.

Les résultats des indices ATMO pour l’année 2004 sont particulièrement mauvais pour la majorité des agglomérations situées dans l’Est du pourtour méditerranéen, dont Cannes/Grasse/Antibes.

Nuisances sonores

Le bruit est défini comme une énergie acoustique audible provenant de sources multiples. Il peut être néfaste à la santé de l’homme et à son bien-être physique, mental et social. En ce sens, il influe sur la qualité de vie des habitants d’un territoire.

Parmi les multiples sources de bruit, celui produit par les transports représente 80% du bruit émis dans l’environnement sur le territoire français.

Graphique : nuisances sonores

La réglementation relative au bruit du trafic routier, issue de la loi du 31 décembre 1992 relative à la lutte contre le bruit s’articule selon deux axes :

  •  réglementation relative à la limitation du bruit des routes nouvelles ou faisant l’objet d’une modification (article 12) ;
  • réglementation relative à la réduction des nuisances sonores auxquelles sont exposés les bâtiments nouveaux construits en ordures d’infrastructures existantes (article 13).

De manière globale, le PDU devrait avoir des effets positif sur l’environnement, la qualité de l’ait, les niveaux d’exposition au bruit. En effet, la maîtrise de la croissance de l’usage de la voiture en mode individuel, le doublement projeté de la fréquentation des lignes de transports en commun, le triplement de la part modale des vélos et l’augmentation de la marche à pied sur l’agglomération devraient contribuer à une meilleure qualité de vie sur le territoire.

A ce jour, un certain nombre d’indicateurs définis dans les fiches du PDU permettront de mesurer les conséquences des actions en matière environnementale.

Le PDU en actions > 6 objectifs et 41 mesures

Pour compléter son action environnementale, la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis en partenariat avec les collectivités du littoral du département établissent une carte d’exposition au bruit. Elle recensera l’ensemble des infrastructures autoroutières, routières et ferroviaires et mesurera le niveau sonore ainsi que les publics exposés aux conséquences sonores générées par ces infrastructures. Cette cartographie sera ensuite intégrer dans un plan de prévention du bruit établi à 5 ans définissant l’ensemble des mesures à entreprendre pour réduire les nuisances liées au bruit.

De plus, la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis en partenariat avec la fédération AIR PACA est la seconde communauté d’agglomération pilote sur la Région Provence-Alpes-Côte-D’azur à lancer une campagne de mesures de la qualité de l’air à l’échelle de l’agglomération. L’ensemble de ces mesures permettront, grâce à un logiciel de modélisation, de connaître en temps réel le niveau de la qualité de l’air ainsi que de bénéficier de prévisions à 2-3 jours. Ce travail partenarial permettra également de pouvoir mettre en place une procédure d’alerte personnalisée à l’agglomération lorsque les pics de pollution sont atteints.

L’ensemble de cette démarche environnementale est le fruit d’un travail entre la Direction Déplacements – Transports et la Direction des Déchets et de l’Environnement au travers de la Charte de l’Environnement.

www.envinet.fr

 Dans le cadre de la révision en cours du PDU, cette rubrique sera modifiée.

Mieux connaître la Communauté d'Agglomération
Sophia Antipolis

Carte de la Communauté d'Agglomération de Sophia Antipolis

Au 1er janvier 2002, 16 communes ont fait le choix de se regrouper en une entité unique « la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis ». Elles ont souhaité mutualiser certaines de leurs compétences dans un souci de cohérence des territoires, de pertinence, d’économie d’échelle.

lire la suite...