> Accueil   > L'agglo 

L'agglo 

 

Une population inégalement répartie sur le territoire

La Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis est constituée de 16 communes représentant plus de 170 000 habitants. 
On note de fortes variations de densités de population (exemple : Antibes 2 690hab/km² et Caussols 5 hab/km² alors que la moyenne départementale est de 892 hab/km²). Ces variations ont des conséquences directes sur la mobilité et l’organisation des déplacements sur le territoire. Elles complexifient la structuration et l’exploitation du réseau de transports en commun.

Le nombre de ménages est quant à lui de plus de 73 000 en 2004. En 25 ans la taille du ménage a tendance à se réduire passant de 2,6 à 2,3 aujourd’hui. La population est vieillissante, une personne sur 10 a plus de 75 ans et leur nombre a plus que doublé depuis ces 25 dernières années. Un quart de la population de l’agglomération a moins de 20 ans.

 

Un relief contraignant

Le relief jour un rôle important dans le développement des modes alternatifs à la voiture en usage individuel. Ce dernier est très contrasté depuis le bord de mer jusqu’à Caussols, commune située à 1 100 mètres d’altitude. Il divise le territoire de la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis en trois secteurs distincts : le littoral qui abrite 70% de la population et deux tiers des emplois ; le Moyen-Pays, très collinaire, à vocation résidentielle mais où se situe également l’essentiel de la Technopole Sophia Antipolis ; et le Haut-Pays très montagneux et faiblement peuplé.

Cette contrainte topographique ne doit pas constituer un frein au développement des modes doux. Il s’agira de proposer des modes, des itinéraires adaptés aux contraintes géographiques.

 

Un territoire multipolaire

L'agglometation

Le territoire de la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis, par son ampleur, son histoire et son hétérogénéité est structuré autour d’un grand nombre de pôles de vie. Ces pôles sont les centres de villes et de villages. D’autres constituent des pôles émergents, comme Pré du Lac, Les Macarons, Saint-Philippe ou encore les Bouches-du-Loup. Cette composition singulière de notre territoire bénéficie en grande partie à la voiture. Toutefois, le renforcement de ces pôles en terme de densification, de développement de commerces, d’équipements de proximité pourraient dans une certaine mesure atténuer la mobilité sur les longues distances.

Le nombre de logements est de plus de 113 000 en 2004. Les résidences individuelles avoisinent 40% du parc de logement sur l’agglomération ce qui n’est pas propice à une pratique des modes collectifs de transport.

Un maillage en modes doux reliant les différentes polarités de notre territoire pour des déplacements de proximité permettra de développer les pratiques de la marche à pied et du vélo, notamment. Le réseau de transports en commun joue un rôle très important de maillage des territoires et des quartiers de l’agglomération.

 

Un territoire attractif

La croissance de la population et des emplois s’avère supérieure à la moyenne départementale (de l’ordre de 2 à 3% par an contre 2% sur l’ensemble du département). Près de la moitié des nouveaux arrivants viennent d’autres régions de la métropole et environ 15% viennent de l’étranger. Mais cette croissance tend à se ralentir depuis 2002. Un des objectifs du SCOT est le maintien à un niveau de croissance à environ 0,8% par an.

Cette attractivité se traduit aussi par le fait que de nombreux niçois viennent travailler sur la technopole, alors que l’on pourrait penser que la cinquième de France en nombre d’habitants attirerait davantage de résidents de l’agglomération pour occuper ses emplois.

Cette forte attractivité s’est révélée, jusqu’à présent, propice à un étalement urbain et à un usage immodéré de l’automobile qu’il convient de réguler  pour préserver la qualité de vie du territoire communautaire.

 

Des emplois concentrés

Avec plus de 72 000 emplois, la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis est un territoire qui attire de nombreuses entreprises et donc d’emplois. La Technopole Sophia Antipolis regroupe 40% d’entre eux et a une situation centrale sur le territoire de l’agglomération. Cependant les concepts mis en œuvre lors de sa création (2/3 espaces verts pour 1/3 de bâti) ne font pas de ce parc un espace urbain central autour du quel la vie de l’agglomération est organisée.

Le taux d’emploi (ratio entre le nombre d’emplois et le nombre de personnes actives sur le marché de l’emploi) sur l’agglomération est de 0,89. Ce ratio varie entre 0,6 et 0,8 sur le département. Seul le secteur du parc de Sophia Antipolis bénéficie d’un ratio de 1,85.

Le territoire communautaire connaît des problèmes d’accessibilité en interne et avec l’extérieur. Les périodes d’encombrement et de congestion sont récurrentes et toujours dans les mêmes tranches horaires. Le développement des transports en commun et des modes collectifs (de type covoiturage…) plus respectueux de notre environnement est un des axes forts du Plan de Déplacements Urbains pour faire face à ces dysfonctionnements.

www.scot-casa.fr

Infos clés !

  • 60% de la population de l’agglomération vit sur 16% du territoire
  • 40% des emplois sont localisés sur la technopole sur les 72 000 de l’agglomération
  • 4 nouveaux pôles émergents dont 2 sur la technopole sur les 20 existants
  • une croissance démographique fixée à 0,8% / an
  • 70% de la population et 2/3 des emplois concentrés sur le littoral
  • 40% des logements sont des maisons individuelles
  • +20 entreprises par an

Mieux connaître la Communauté d'Agglomération
Sophia Antipolis

Carte de la Communauté d'Agglomération de Sophia Antipolis

Au 1er janvier 2002, 16 communes ont fait le choix de se regrouper en une entité unique « la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis ». Elles ont souhaité mutualiser certaines de leurs compétences dans un souci de cohérence des territoires, de pertinence, d’économie d’échelle.

lire la suite...