> Accueil  > …   > Pourquoi et comment réviser le PDU ? 

  Le PDU en révision: Pourquoi ? Comment ?

Le Plan de Déplacements Urbains (PDU) en vigueur sur le territoire de la Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis a été adopté en 2008.

Depuis, d’importantes évolutions ont eu lieu qui nécessitent aujourd’hui de le réviser :

            ● Depuis l’approbation du PDU, en mai 2008, une partie des actions qu’il prévoyait ont été réalisées ou sont en cours. Elles ont permis de faire évoluer les modes de déplacements et leurs pratiques sur tout le territoire. Il est donc nécessaire de prendre en compte ces changements.

           ● Depuis 2012, le territoire de la CASA s’est élargi de 8 nouvelles communes dont les caractéristiques urbaines et paysagères spécifiques au Haut Pays sont à prendre en compte pour organiser les déplacements, passant de 16 à 24 communes.

          ● En 10 ans, de nouveaux besoins et attentes des habitants, élus et entreprises du territoire en matière de mobilité, ainsi que les outils de mobilité ont évolué. Il est nécessaire de prendre ces changements en considération.

Le PDU doit prendre en compte l’évolution de la société, des usages et des réseaux de transport.

La révision du PDU s’est voulue fédérative. Elle a rassemblé l’ensemble des acteurs et décideurs de la mobilité.

  •  Les habitants : le Conseil de Développement de la CASA représentant de la société civile (les habitants) et du territoire ; des associations telles que l’APF (Association des Paralysés de France), l’AVH (Association Valentin Haüy), l’association Choisir le vélo, TRAVISA, les acteurs économiques (les clubs d’entreprises et entreprises du territoire), les professionnels liés au covoiturage, liés à l’emploi et aux services, le tourisme, … ;
  •  Les communes et les structures intercommunales limitrophes : les représentants des habitants, les élus et les vice-présidents délégués mais aussi les techniciens qui ont une parfaite connaissance des problématiques touchant à leur territoire (que cela soit à l’échelle locale comme les quartiers ou à une échelle plus globale : les communes, la communauté de communes, agglomérations et métropole) ;
  •  Les représentants de l’Etat, de la Région Sud Provence-Alpes-Côte-d’Azur (Sud PACA), du Département des Alpes-Maritimes (CD06): qui constituent des acteurs privilégiés pour ce qui relève des autoroutes pour l’Etat en lien avec leurs concessionnaires ; de l’aménagement durable des territoires, des services interurbains de transport (régulier ou à la demande), de la gestion des transports de voyageurs, notamment ferroviaires, des lycées, des ports maritimes et des aérodromes pour la Région ; la solidarité et cohésion territoriale, la gestion de la voirie départementale  pour le département ;
  •  Les nombreux institutionnels venant enrichir les thématiques liées à l’économie, l’aménagement, l’environnement, l’éducation, le social du territoire tels que : la Chambre de Commerce et de l’industrie (CCI) ; la Chambre des Métiers ; l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) ; l’Autorité compétente en matière d’environnement ; les services de la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement de la Région Provence-Alpes-Côte-d’Azur (DREAL PACA) et la Direction Départementale des Territoires et de la Mer des Alpes Maritimes (DDTM06).

Mieux connaître la Communauté d'Agglomération
Sophia Antipolis

Carte de la Communauté d'Agglomération de Sophia Antipolis

Au 1er janvier 2002, 16 communes ont fait le choix de se regrouper en une entité unique « la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis ». Elles ont souhaité mutualiser certaines de leurs compétences dans un souci de cohérence des territoires, de pertinence, d’économie d’échelle.

lire la suite...